Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



FLASH ISLAM N°20

Aller en bas

FLASH ISLAM N°20

Message par rayyan le Sam 1 Mai - 12:09

S’INFORMER Bismihi soubhanahou ta’alah ET PRATIQUER

Août Cha’baan 1428

FLASH ISLAM N°20

HADITH, PAROLES ET TRADITIONS DU PROPHETE MOUHAMMAD (SAW)

« Tout ce qui atteint le Musulman, épuisement, maladies, chagrins, douleurs, souffrances, angoisses, même une simple piqûre d’épine lui vaut de la part de Dieu la rémission d’une partie de ses péchés.» (Boukhâri)

DOU’A POUR SE PREPARER POUR LE RAMADAN :

الَلَّهُمّ سَلِّمْنِيْ لِرَمَضَانَ وَ سَلِّمْ رَمَضَانَ لِيْ وَ سَلِّمْهُ لِيْ مُتَقَبَّلاً

Allâhoumma sallimni li ramadâna wa sallim ramadâna li wa sallimhou li moutakabbala.

« O Allah ! Protège moi pour le Ramadâne (des maladies qui m’empêcheraient de jeûner), rend le Ramadâne clair pour moi (l’observance de la lune afin de ne pas manquer à mon obligation), et préserve-moi des péchés durant ce mois afin que mes actions soient acceptées».


NOMS MUSULMANS :

GARCONS : --- Wâjid : qui trouve ce qu’il désire, qui rencontre son Seigneur et trouve l’extase.
--- Wajdi: même sens que ci-dessus.
--- Wijdâne: conscience, émotion, sentiment.

FILLES : --- Wâjida : voir précédent.
--- Wajdiyyah: voir précédent.
--- Wijdâne : voir précédent.

UN SOURIRE :

Un couple vient de commencer leur cours prénataux et comme activité l’instructeur demande au mari de porter un sac du sable - pour lui donner une idée comme de ce qu’est d’être enceinte. Le mari se met debout et en gesticulant dit : «
Ce n’est pas si difficile que ça ! »

L'instructeur laisse alors tomber un stylo et demande au mari de le prendre.

« Vous voulez que je prenne le stylo comme si j'étais enceinte, à la manière dont mon épouse le ferait ? » demande le mari.

« Exactement, » répond l'instructeur.

Sous le regard joyeux des autres maris, il se tourne vers son épouse et dit, « Chérie, ramasse ce stylo pour moi ! »

ASTUCE:
Faites bouillir des épluchages de mangue verte, dans des récipients tels les autocuiseurs, les pots en aluminium, etc. pour les rendre propre et brillant.

UN CONTE DE MARI :

Vous pensiez que vous n'aviez jamais connu le goût de la souffrance jusqu'à ce que vous rencontriez une femme grincheuse qui a fait de votre vie un enfer. Est-ce que c’est la femme avec qui je me suis marié ? Pensez-vous que vous ne tiendrez pas jusqu’à l'année prochaine? Lisez les épreuves et les tribulations d'un mari.

Quand vînt le moment de me marier, en dépit de ce qu’on disait, je me suis préparé à épouser une femme de ma communauté. J'avais une vie lamentable -ma maison était imprégnée d’une atmosphère ténébreuse, pleine de tristesse et de brutalité. Le déjeuner était composé d’une épouse hurlante, et je dînais de ses pleurs et de ses plaintes. A l'heure du coucher, j'étais assuré que rien n’a changé par ses imprécations.

Nous ne parlions jamais. Nous luttions. Notre maison était sombre avec des couleurs pâles et des configurations mystérieuses. Elle n'avait aucune vie et il n’y avait que deux éléments de vie: le soleil et les visiteurs.

Un jour, un proche nous invita à déjeuner chez lui. J'étais effrayé que mon épouse refuserait, ou qu'elle sauterait d’humeur, c’était ce qu’elle faisait le mieux ! Je lui demandai gentiment et avec bonté de m’accompagner et elle y convint sans broncher, elle était même polie. Je me suis demandé pourquoi !

Nous nous rendîmes à la maison de notre hôte. Nous avons été accueillis dans une maison qui était pleine de lumière, de joie, de bonheur, les raisons de l'harmonie qui existait entre lui et son épouse. Le bonheur était leur qualité, le respect était leur devise. L'amour les a guidés et a introduit la lumière dans leur vie. Ils étaient comme Shahryar et Schehrazade des mille et une nuit. Non, ils étaient comme des « lovebirds » qui ne parlent pas, mais chantent et gazouillent. Leurs mots entre eux étaient ceux d'un père et d’une mère, d’un frère et d’une soeur, d’un mari et d’une épouse, d’un compagnon, d’un ami, d’un guérisseur.

Je n'aurais jamais voulu les quitter, j’étais rempli de confusion. Mon épouse était si différente avec ce proche. Son visage était plus doux, et elle était calme au point qu'elle était devenue une partie de cette unité harmonieuse. En fait, elle n’avait rien de ce diable qui était venu pour faire de ma vie une misère. Je n'avais pas connu cette femme avec qui j'ai vécu un temps qui semblait déjà trop long.
« O Allah ! guide mon épouse et fait la comme l'épouse de notre hôte » pensais-je.
J’étais hanté par ce qui c’était passé, pensant aux raisons jour et nuit, à plusieurs reprises. Je ne pouvais jamais comprendre pourquoi ils étaient si différents de nous. Ainsi je décidai d'aller chez notre hôte et le lui demander, et il m'a étonné avec une réponse inattendue :

« Celui qui ignore, perd pour toujours ; et celui qui sait, gagne le monde et son bonheur. Une femme est un cadeau d'Allah » dit-il.
Il continua : « son coeur est une fontaine de bonté, sa poitrine est un noyau de chaleur, et son sang est un fleuve de parfum. Elle donne sans retour, elle est tolérante avec l'amour des bonnes conduites. Elle respecte son mari et garde sa dignité. Sa beauté est dans son esprit. Son charme et sa séduction sont dans son esprit éclairé, sa conscience, et son avis sage. Cela eut-il été différent que les grands hommes des lettres n'auraient pas dit : « derrière chaque grand homme il y a une femme » ou les « femmes sont la moitié de la société ». Pensez donc, ce qui se produirait si un homme n'apprécie pas ou ne respecte pas son épouse ? Vous n'avez aucune idée de ce que vous obtiendrez si vous l'embrassez avec votre bonté, même avec un mot ! »

J'ai laissé cet homme dans une humeur pensive et réjouie et je suis revenu à mon épouse cherchant sa rémission et regrettant la vie que j'avais gaspillée sans jamais essayer de la comprendre. Depuis ce jour, l'amour a béni notre maison du respect. Nous avons vécu plus joyeux tout autant que notre hôte et son épouse.


«La richesse diminue quand on la dépense tandis que la science croit quand on la répand »

Transmettez Flash Islam à vos proches et à vos amis.

Mft Louqman A.S. I.

_________________
Les croyances en Islam sont considérées comme étant l’univers propre à Dieu qui relèvent du monde invisible ou occulte. Seuls les textes sacrés peuvent nous appréhender ce monde des croyances. On peut traduire ces versets coraniques :
«C’est Allah qui détient [le monde] Invisible (ghaybe) des cieux et de la terre, et c'est à Lui que revient l'ordre tout entier. Adore-Le donc et place ta confiance en Lui. Il n’y a aucune inattention de la part de ton Seigneur à ce que vous faites. S.Houd(S11.123)
avatar
rayyan
Admin

Messages : 418
Points : 1262
Date d'inscription : 22/04/2010

http://bayane.frenchboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum