Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



L'invocation après la salah

Aller en bas

L'invocation après la salah

Message par rayyan le Sam 1 Mai - 17:51

Salam walaykum wa rahmatuAllah wa barakatuhou. Je vous souhaite une bonne lecture barakAllahou fikoum.

L'invocation après la salah
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7

Page 1 sur 7


A propos de l'invocation faite après la salah fardh (prière obligatoire), on a souvent entendu qu'elle est une action bid'ah (innovation) et qu'il n'existe pas de sources fiables et authentiques prouvant cette action. Qu'en est-il vraiment ?
Dans les lignes suivantes, nous allons essayer de l'expliquer à partir des sources prophétiques fiables et acceptées par les savants de hadith.

Six points seront abordés :
1.L'invocation faite après la salah fardh est acceptée par Allah.
2.Le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) invoquait Allah après la salah fardh.
3.Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains en invoquant Allah.
4.Lever les mains fait partie des Aadâb (règles de bienséance) de l'invocation.
5.Le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) a fait des invocations après la salah fardh en levant les mains.
6.L'invocation faite collectivement a plus de chance d'être acceptée par Allah.

[b]Page 2 sur 7

L'invocation faite après la salah fardh est acceptée par Allah
Abou Oumâma Al Bâhili (radhia Allâhou anhou) rapporte: On demanda au Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) :"Quelle est l'invocation la plus écoutée"?" Il répondit :"(Celle qui est faite) au milieu de la nuit et après les salahs fardh (obligatoires)."

(Rapporté par At Tirmizi dans son Jâmi' qui le cite comme hassan (fiable) vol.2 / pg.187; Ibn Hibbân authentifie ce hadith)

Allâma Zafar Ahmad 'Outhmâni (rahimahoullah) écrit en commentaire de ce hadith : "Dans ce hadith, il y a un enseignement pour la oummah de faire l'invocation après les salahs fardh." (I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.194)

Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit :
" Il n'y a pas un serviteur qui, après chaque salah lève ses mains et ensuite lit "Allâhoumma ilâhi wa ilâha Ibrâhim wa Ishâq wa Ya'qoûb wa ilâha Djibrîl wa Mîkâîl wa Isrâfîl As alouka an tastadjiba da'watî fa inny mouztarroun wa ta'ssimouni fî dîny fa inny moubtalan wa tanâly birahmatika fa inny mouzniboun wa tanfi 'anny al faqra fa inny moutamaskin"

(Ô Allah tu es mon Dieu et le Dieu de Ibrâhim, de Ya'coub, le Dieu de Djibrael, de Michâel et de Isrâfil, je te demande d'accepter mon invocation car je suis faible, je te demande de me protéger dans ma religion car je suis éprouvé et je te demande de m'envelopper de ta miséricorde car je suis pécheur, je te demande de faire disparaître ma pauvreté car je suis pauvre) sans qu'il est du devoir d'Allah (c.a.d. qu'Allah le promet) de ne pas retourner ses mains vides(c.a.d que son invocation sera exaucé)." (Rapporté par Ibnou Sounny pg.61.)

Dans la chaîne de transmission de ce hadith, il y a 'Abdoul 'Aziz Ibnou 'Abdil Rahmân qui est "moutakallam fih"(cad que sa fiabilité fait l'objet de divergences parmi les savants de hadith); ce hadith est donc faible mais il est appliqué pour les actions vertueuses (Fadhâil a'mâl) ) à l'unanimité précise Moulla 'Ali Qâri car il est appuyé par d'autres hadith comme le précise 'Allâma Zabîdiy (voir I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.201).

Rappelons aussi cette règle que précise le célèbre juriste Ibnoul Houmâm dans Fat-houl Qadîr : " Le degré Moustahab d'une action est établi à partir des hadiths faibles " (voir Fatâwa de Sheickh 'Abdoul Hay al-Lakhnawi vol.2 / pg.427)

Fadhl Ibn 'Abbâs (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit :
«La Salah se fait par deux rak'âtes. On s'assoit après chaque deux rak'âtes... (et à la fin) tu lèves les mains vers ton Dieu faisant face à leurs paumes (c.a.d. les paumes de la main tournées vers le visage) et tu dis Ya Rabb... Celui qui ne fait pas cela, sa salah est incomplète. "
(Rapporté par At Tirmizi dans son Jâmi' vol.1 / pg.87, par An-Nassâi, Ibnou Mâja pg.95 et Abou Dâoud dans leur Sounan, par Ibnou Khouzayma dans son Sahih vol.2 )

Note1 : Dans la chaîne de transmission de ce hadith, il y a un rapporteur Abdoullah Ibnou Nâfi' Ibnil 'Oumya qui est inconnu (majhoul); de plus, seulement 'Imrân Ibnou Abi Anas rapporte ce hadith de lui. Mais 'Imrân est fiable d'après Al Mounziri, et Ibnou Hibbân cite Abdoullah Ibnou Nâfi' Ibnil 'Oumya parmi les rapporteurs "thiqâh" (dignes de confiance).

Note2 : Abou Hâtim a cité ce hadith comme "hassan" c.a.d. fiable. (voir "Al 'ilal" pg.132). Ibnou Hadjr Makki aussi est de cet avis (voir Ma'ârifous-Sounan vol.3 / pg.463 - et Touhfatoul Ahwazi vol.1 / pg.300)

Mawlana Rachid Ahmad Gangohi (rahimahoullah) écrit en commentaire de ce hadith :

"Le mot "faisant face" cité dans ce hadith démontre bien qu'il est prouvé le fait de faire des invocations après la salah en levant les deux mains comme c'est l'habitude; et le refus des ignorants à ce propos est rejeté" (Al Kawkaboud-Dourri vol.1 / pg.171)

Il est rapporté de 'Irbâdh (radhia Allâhou anhou) que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit : "Celui qui a accompli la salah obligatoire, il y a un moment d'acceptation pour lui".
(Rapporté par Tabrâni; voir Kanzoul 'Oummâl vol.2 / pg.76)

Les hadith ci-dessus parlent de l'invocation (dou'a) après la salah en général, qu'elle soit fardh (obligatoire) ou nafl (surérogatoire).

Abou Moussa (radhia Allâhou anhou) dit : " Celui qui a un besoin quelconque, qu'il demande à Allah après la salah fardh (obligatoire)." (Rapporté par Ibnou Assâkir; voir Kanzoul 'Oummâl vol.2 / pg.76)
Ja'far ibnou Mouhammad Sâdiq (rahimahoullâh) dit : "Le degré de supériorité de l'invocation (dou'a) après la salah fardh (obligatoire) sur la salah nafl (surérogatoire) est comparable à la supériorité du fardh sur le nafl." (Rapporté par Tabrâniy; voir Touhfatoul Ahwazi vol.1 / pg.245). Le juriste Qâdhi Mouhammad Ibonu Arabi aussi cite cette parole.

Page 3 sur 7
2. Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) invoquait Allah après la salah fardh (obligatoire)

Mou'âdh ibnou Jabal (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) lui a dit:"Ô Mou'âdh ! Par Allah, je t'aime... aussi ne manque pas de dire après chaque salah"Allâhoumma A-‘inniy 'alâ dhikrika wa choukrika wa housni 'ibâdatik".

Mou'âdh (radhia Allâhou anhou) conseilla ceci à as-Sounâbihy (rahimahoullah) et ce dernier le conseilla à Abou 'Abdil Rahman Aal-Habli (rahimahoullah) qui le conseilla à son tour à 'Ouqba Ibnou Mouslim (rahimahoullah) .

(Rapporté par Hâkim dans son Moustadraq vol.1 / pg.273, par Ahmad dans son Mousnad, par Abou Dâoud pg.213 et par an-Nassâi dans leur Sounan avec une chaîne de transmission authentique (voir Bouloûroul Marâm vol.1 / pg.57); ce hadith est authentique selon les conditions de Boukhâri et Mouslim selon Az Zahabi)

Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a lié sa parole (Qawl) à l'action (Fi'l). En effet, beaucoup de hadiths prouvent que Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) faisait des invocations après la salah fardh. Voici quelques hadiths très connus :
Moughîrah Ibnou Chou'ba (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) lisait à la fin de chaque salah fardh :"Lâ ilâha illallâhou wahdahou lâ charîka lahou lahoul moulkou wa lahoul hamdou wa houwa 'ala koulli chay'in qadîr. Allâhoumma lâ mâni'a Lima a'tayta wa la mou'tiya lima mana'ta wa la yanfa'ou zal jaddou minkal jadd."

(Rapporté par Boukhâri vol.1 / pg.117 et Mouslim vol.1 / pg.218 dans leur Sahih, par Abou Dâoud vol.1 / pg.218 dans son Sounan)

'Âicha (radhiallâhou 'anha) rapporte que lorsque le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) faisait les salâms (de la salah, c.a.d. après l'avoir terminée), il disait :" Allâhoumma Antas Salâm Wa minkas Salâm tabârakta ya Dhal Jalâli Wal Ikrâm."

(Rapporté par Mouslim dans son Sahih vol.1 / pg.218 et par Abou Dâoud dans son Sounan pg.212 avec une chaîne de transmission authentique)

'Ali (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) disait les paroles suivantes après les salâms (de la salah) : " O Allah, pardonnes mes fautes passées et futures, mes fautes commises en secret et en public, …, Tu es le Premier et le Dernier, il n'y a aucun autre Dieu à part Toi."

(Rapporté par Abou Dâoud dans son Sounan pg.212 et par At-Tirmizi dans son Jâmi' avec une chaîne de transmission authentique)

Atâ ibnou Abi Marwân (rahimahoullah) rapporte de son père que Ka'b (radhia Allâhou anhou) lui a juré par Allah qui a ouvert la mer à Moussa ('alayhis salâm) que nous avons trouvé dans la Torah que lorsque le Prophète d'Allah Daoud ('alayhis salâm) terminait sa prière, il disait : « O mon Dieu...Je cherche Ta satisfaction contre Ta colère et Ton pardon contre Ta punition. »

Abou Marwân dit : Ka'b (radhia Allâhou anhou) m'a rapporté de Souhayb que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) disait ces paroles lorsqu'il terminait sa salah."

(Rapporté par An Nassâî dans son Sounan P.197 et Ibnou Hibbân a authentifié ce hadith. Voir Fat-houl Bâri et Touhfatoul Ahwazi vol.1/ pg.246)

Abou Ayyoûb al-Ansâri (radhia Allâhou anhou) a dit : "Je n'ai jamais accompli la salah derrière votre Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) sans que je ne l'entende dire après qu'il ait terminé sa salah : " O Allah, pardonne toutes mes fautes et mes péchés; O Allah...accorde moi l'occasion des oeuvres pieuses et des bonnes manières car Toi Seul est capable de les corriger..."
(Rapporté par Hâkim dans son Moustadraq. voir Touhfatoul Ahwazi vol.1 / pg.245)

'Amr ibnou Maymoun al-Adaoui dit :" Sa'd (radhia Allâhou anhou) enseignait à ses enfants les paroles suivantes tout comme un professeur enseigne aux enfants l'écriture (c.a.d. avec soin et attention) et il disait que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) recherchait la protection d'Allah contre ces choses, après chaque salah : "O Allah, je demande Ta protection contre la peur et la lâcheté, et contre la vieillesse (qui me rend dépendant des autres) et je demande Ta protection contre les Fitna (danger) de ce monde et contre le châtiment de la tombe."
(Rapporté par Boukhâri dans son Sahih vol.1 / pg.396 ; voir aussi vol.2 / pg.937)

Aswad al-Âmiry rapporte de son père qu'il a lu la salah de fadjr avec le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam). Après les salams, il s'est retourné, a levé les mains et a invoqué Allah.
(Rapporté par Ibnou Abi Chayba dans son Moussannaf ; voir Ma'ârifous Sounan vol.3 / pg.123 et I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.201)

Oummou Salama (radhiallâhou 'anha) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) avait l'habitude de lire après la salah de Fadjr après les salams: "Allâhoumma inniy as-alouka 'ilman nâfi'a wa rizqan tayyibâ wa 'amalan moutaqabbalâ "

(Rapporté par Ahmad dans son Mousnad et Ibnou Mâdja dans son Sounan. Allâma Shawkâni dit dans Nayloul Awtâr que les rapporteurs de ce hadith sont "thiqâh" (dignes de confiance); voir I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.197)

Tous les hadiths cités plus haut démontrent que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) faisait des invocations après la salah fardh. Ce sont des hadiths Fi'liy.
A partir de ces hadiths (quawli et fi'ly), il apparaît clairement que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) faisait des invocations après la salah fardh et exhortait à le faire.

A noter encore que l'Imâm Boukhâri (rahimahoullah) a intitulé un des chapitres de son célèbre ouvrage de Hadith authentiques ainsi :"Ad douâ ba'd as salâh" (l'invocation après la salah)

Ibnou Hadjar (rahimahoullah), en commentant ce titre de l'Imâm Boukhâri (rahimahoullah), écrit :"Et il y a, à travers ce titre, une réfutation à ceux qui pensent que l'invocation après la salah (obligatoire) n'est pas légiférée." (Fath-houl Bâri – vol.11 / pg.133)

Plus loin, Ibnou Hadjar (rahimahoullah) réfute les propos de Ibnoul Qayyim (rahimahoullah) (qui était d'avis que les invocations après les salahs fardh (obligatoires) ne relevaient pas de la pratique du Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam), ni de celle des Compagnons radhia allâhou 'anhoum...) en ces termes :

"Et ce qu'il prétend, (c'est à dire) la négation totale (des invocations après la salah) est rejetée."

Ibnou Hadjar (rahimahoullah) continue encore dans le même sens et cite quelques autres hadiths montrant que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) ou les Compagnons (radhia allâhou 'anhoum) faisaient bien des invocations après la fin de la prière obligatoire. (Fath-houl Bâri" – vol. 11 / pg. 133)


Page 4 sur 7

3. Il est prouvé que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains en invoquant Allah

Abou Moussa al-'Ach'ari (radhia Allâhou anhou) rapporte (dans le récit de Abou 'Âmir) ...le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) demanda de l'eau, fit le woudhou, puis leva les mains et dit :"O Allah, pardonne à 'Oubeyd Ibnou 'Âmir..» (Rapporté par Boukhâri dans son Sahih vol.2 / pg.619)

Ibnou 'Oumar (radhia Allâhou anhou) rapporte (dans le récit de Khâlid)... le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) leva les mains et dit "O Allah, je me décharge de ce qu'a fait Khâlid." (Rapporté par Boukhâri dans son Sahih vol.2 / pg.622)

L'Imâm Boukhâri (rahimahoullah) a cité ces hadiths dans son Sahih dans un chapitre intitulé : "Bâb raf'oul aydîy fid dou'â" (Chapitre concernant le fait de lever les mains durant les invocations)

En commentant ce chapitre de l'Imâm Boukhâri rahimahoullah, Ibnou Hadjr écrit : "Il y a dans le premier hadith une réfutation à ceux qui affirment que le fait de lever les mains de cette façon ne se fait que durant l'"Istisqâ" (invocation pour la pluie). (En fait,) il y a dans ce hadith et dans celui qui le suit une réfutation à ceux qui affirment qu'on ne lève pas du tout les mains durant les invocations autres que celle de l'"Istisqâ". "

Il affirme ensuite qu'il y a de nombreux hadith qui évoquent le fait de lever les mains durant les invocations (en il mentionne d'ailleurs plusieurs lui-même). (Fath oul Bâri – vol.11 / pg. 141)

'Âicha radhiallâhou 'anha rapporte - dans un long hadith - ...que le Prophète (radhia Allâhou anhou) arriva à Baqui' (qui est le cimetière de Madina), il resta longtemps debout ; ensuite il leva les mains trois fois..." (Rapporté par Mouslim dans son Sahih vol.1 / pg.313)

En commentant ce hadith, l'Imâm Nawawi (rahimahoullah) écrit notamment ceci: "… Il y a dans ce hadith la recommandation d'allonger les invocations, de les répéter et de lever les mains durant celles-ci…"

L'Imâm Nawawi (rahimahoullah) toujours, dans son ouvrage « al Madjmou' », après avoir affirmé qu'il est recommandé de lever les mains durant les invocations (pg. 448 à 450) et après avoir cité de nombreux hadith à ce sujet, écrit : " … Et le but (en citant tous ces hadith) est que l'on sache que celui qui prétend que (le fait de lever les mains pour les invocations) se limite uniquement aux contextes précis de ces hadith, alors il commet une erreur grossière "

Abou Houreyra (radhia Allâhou anhou) rapporte que Toufaïl Ibnou Amr Ad-Dawsi (radhia Allâhou anhou) vint auprès du Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) et lui dit : "Ô Messager de Dieu ! Les "Daws" (sa tribu) ont désobéi et ont refusé (d'accepter l'Islam). Invoque donc Allah contre eux." Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) se mit alors face au Qibla et leva les mains. Les gens pensaient qu'il allait les maudire (c'est à dire les "Daws"). Il dit :"Ô Allah ! Guide les "Daws" et amène les (vers moi)." (Rapporté par Boukhâri et Mouslim)

Il existe beaucoup d’autres hadiths qui démontrent que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains en faisant les invocations. (À ce sujet, voir le Moustadrak de Hâkim vol.1 / pg.535 et Touhfatoul Ahwazi vol.1 / pg.246)

Page 5 sur 7

4. Lever les mains fait partie des Âdâb (règles de bienséances) de l'invocation

Salmân (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit : "Allah a honte du serviteur qui lève les deux mains vers Lui (pour l'invoquer) de les lui retourner vides."

(Rapporté par Hâkim dans son Moustadrak vol.1 / pg.535 qui dit que ce hadith est authentique selon les conditions de Boukhâri et Mouslim (voir Bouloûroul Marâm vol.2 / pg.174)

Az Zahabi dit à propos de ce hadith qu'il très connu (mach-hour) car il est aussi rapporté par 'Ali, Ibnou ‘Oumar, Anas et beaucoup d'autres compagnons (Kitâboul 'Oulou pg.109); voir Jami' de Tirmizi vol.2 / pg.196 qui le cite comme hassan cad fiable; voir aussi les Sounan de Abou Dâoud pg.275 et de Ibnou Mâja pg.275, voir aussi le Sahih de Ibnou Hibbân)

Allâma Zafar Ahmad 'Outhmâni (rahimahoullah) écrit en commentaire de ce hadith : «Il y a une preuve dans ce hadith de lever les mains durant l'invocation. Et dans Tadrîboul Râwi (pg.191), il est écrit qu'il est rapporté environ 100 hadiths dans lesquels le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) a levé les mains durant l'invocation." (I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.208)

Abou Hourayra (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou'alayhi wa sallam) a dit : "Ô les gens ! Allah est Pur, il n'accepte que ce qui est pur..."Puis il mentionna (la situation) d'un homme, qui fait un long voyage, a les cheveux ébouriffés, est couvert de poussière, et tend les deux mains vers le ciel (en disant): "Ô mon Rabb ! Ô mon Rabb !" (Mais) sa nourriture est illicite, ainsi que sa boisson et ses vêtements, et il a été nourri également du "Harâm" (de l'interdit)… Comment son (invocation) pourrait-elle être acceptée ?" (Rapporté par Mouslim vol.1 / pg.326)

A ce sujet, on peut rappeler aussi les hadith 2 (rapporté par Anas) et 3 (rapporté par Ibnou 'Abbâs) du premier paragraphe. Il existe beaucoup d'autres hadiths qui démontrent explicitement que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains en invoquant Allah.

Note : Après avoir terminé l'invocation, le fait de les passer sur le visage est un acte conseillé et pratiqué par le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam)

Ibnou 'Abbâs (radhiallâhou 'anhouma) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit : "Lorsque vous demandez à Allah, demandez lui avec les paumes de vos mains...et après avoir terminé l'invocation, passez-les sur votre visage."
(Rapporté par Hâkim dans son Moustadrak vol.1 / pg.536, par Abou Dâoud et Al Bayhaqui dans leur Sounan)

'Oumar (radhia Allâhou anhou) rapporte : « Lorsque le Prophète sallalâhou 'alayhi wa sallam levait les mains pendant l'invocation, il ne les ramenait pas vers lui avant de les essuyer sur son visage ».
(Rapporté par Tirmizi dans son Jâmi' vol.2 / pg.174. D'après Tirmizi, ce hadith est gharîb, cad qu'il n'est rapporté que par un narrateur)

A propos de ce hadith, Ibnou hadjar (rahimahoullah) dit qu'il possède un appui avec le hadith rapporté Ibnou 'Abbâs (radhiallâhou 'anhouma) cité en 1. Et le tout fait qu'il arrive au stade de hassan cad fiable (Bouloûroul Marâm vol.2 / pg.174)

Il est donc sounnah de passer les mains sur le visage après avoir terminé les invocations.

Page 6 sur 7

5. Le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a fait des invocations après la salah fardh en levant les mains

Mouhammad Ibnou Abi Yahyâ al-Aslami dit en ce sens qu'il a assisté une fois à la scène suivante : Abdoullâh Ibnou-Zoubayr radhia (radhia Allâhou anhou) a vu un homme lever ses deux mains pour faire des invocations avant qu'il ne complète sa Salâh. Lorsqu'il eut terminé, Abdoullâh Ibnou-Zoubayr (radhia Allâhou anhou) lui dit que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) ne levait pas ses mains tant qu'il n'avait pas fini sa salâh.

(Rapporté par Tabrâniy et Ibnou Abi Chayba dans son Moussannaf. Hâfidh al-Haythami affirme que les narrateurs de la chaîne de transmission sont "thiqah" (dignes de confiance, fiables) Madjma'ouz Zawâïd" – vol.10 / pg.172. Imâm Souyoûti aussi affirme la même chose dans son livre "Fazzoul Wou'a fi Ahâdîthi Raf'il yadayn fid dou'a ; voir Ma'ârifous Sounan vol.3 / pg.122 et I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.161)

Allâma Zafar Ahmad 'Outhmâni (rahimahoullah) écrit en commentaire de ce hadith : « On comprend à partir de ce hadith que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains lorsqu'il terminait sa salah. L'invocation après les salams en levant les mains est donc prouvée. » (I'lâ-ous Sounan vol.3/ pg.196)

Aswad al-âmiry rapporte de son père qu'il a accompli la salah de fadjr avec le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam). Après les salams, il s'est retourné, a levé les mains et a invoqué Allah." (Rapporté par Ibnou Abi Chayba dans son Moussannaf; voir Ma'ârifous Sounan vol.3 / pg.123 et I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.164)

Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit :
" Il n'y a pas un serviteur qui, après chaque salah lève ses mains et ensuite lit "Allâhoumma ilâhi wa ilâha Ibrâhim wa Ishâq wa Ya'qoûb wa ilâha Djibrîl wa Mîkâîl wa Isrâfîl As alouka an tastadjiba da'watî fa inny mouztarroun wa ta'ssimouni fî dîny fa inny moubtalan wa tanâly birahmatika fa inny mouzniboun wa tanfi 'anny al faqra fa inny moutamaskin"

(Ô Allah tu es mon Dieu et le Dieu de Ibrâhim, de Ya'coub, le Dieu de Djibrâîl, de Michâîl et de Isrâfîl, je te demande d'accepter mon invocation car je suis faible, je te demande de me protéger dans ma religion car je suis éprouvé et je te demande de m'envelopper de ta miséricorde car je suis pécheur, je te demande de faire disparaître ma pauvreté car je suis pauvre) sans qu'il est du devoir d'Allah (c.a.d. qu'Allah le promet) de ne pas retourner ses mains vides(c.a.d que son invocation sera exaucé)." (Rapporté par Ibnou Sounny pg.61.)

Dans la chaîne de transmission de ce hadith, il y a 'Abdoul 'Aziz Ibnou 'Abdil Rahmân qui est "moutakallam fih"(cad que sa fiabilité fait l'objet de divergences parmi les savants de hadith); ce hadith est donc faible mais il est appliqué pour les actions vertueuses (Fadhâil a'mâl) ) à l'unanimité précise Moulla 'Ali Qâri car il est appuyé par d'autres hadith comme le précise 'Allâma Zabîdiy (voir I'lâ-ous Sounan vol.3 / pg.201).

Même si ce dernier hadith (3) est faible, il sert d'appui au hadith 2 faible lui aussi; les deux hadiths ensemble atteignent le degré de hassan (fiables) selon la règle des savants de hadiths. De plus, le premier hadith est authentique et il suffit à démontrer que le Prophète (sallallâhou 'alayhi wa sallam) levait les mains en faisant les invocations après la salah fardh.


Page 7 sur 7

6. L'invocation faite collectivement a plus de chance d'être acceptée par Allah

Même si aucun hadith ne fait état des invocations en groupe après la salah en levant les mains, aucune interdiction non plus n'est rapportée dans les hadiths. C'est pour cela, que ce soit individuellement ou collectivement, il est permis de faire des invocations dans n'importe lequel des cas. Aucune n'est obligatoire, ni collectivement, ni individuellement.

Par contre, il est reconnu que l'invocation faite collectivement a plus de chance d'être acceptée. Il en est fait part dans les hadiths. Même si les hadith ne parlent pas de l'invocation après la salah en particulier, mais ce moment fait partie d'un des moments d'acceptation auprès d'Allah comme les hadith du paragraphe 1 l'ont démontré ; l'invocation faite collectivement après la salah a donc plus de chance d'être acceptée.

Habib ibnou Maslama al-Fihriy (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit :"Il n'a pas un groupe qui ne se réunit et que quelques uns invoquent Allah et d'autres disent Âmîne sans qu'Allah n’accepte (leurs invocations)."

(Rapporté par Hâkim dans son Moustadraq vol.3 / pg.347; cité dans Kanzoul 'Oummâl vol.1 / pg.177; Hâfidh al-Haythami affirme que les narrateurs de la chaîne de transmission sont sahih (authentiques) sauf Ibnou lahî'a mais il est hassanoul hadith; voir Madjma'ouz Zawâïd" – vol.10 / pg.173)

Salmân (radhia Allâhou anhou) rapporte que le dernier des prophètes Mouhammad (sallalâhou 'alayhi wa sallam) a dit:"Il n'y a pas un groupe qui lève leurs mains vers Allah pour lui demander quelque chose sans qu'il est du devoir d'Allah (c.a.d. qu'Allah promet) de mettre dans leurs mains ce qu'ils ont demandé (c .a.d. qu'il accepte leurs demandes)"
(Rapporté par Tabrâniy et les narrateurs dans la chaîne de transmission sont sahih (authentiques); voir Madjma'ouz Zawâïd" – vol.10 / pg.173)

Après avoir étudié les différents points concernant l'invocation après la salah,on arrive à la conclusion suivante:

L'invocation après la salah fardh n'est pas une bid'ah.
Lever les mains en invoquant Allah après la salah fardh n'est pas une bid'ah.
Faire l'invocation collectivement après la salah fardh n'est pas une bid'ah.
Faire des invocations après la salah fardh en levant les mains est Moustahab.
L'invocation peut être faite aussi bien individuellement que collectivement.



Mw Bilâl Gangat
On ne peut en aucun cas dire que cette action est considérée Bid'ah ! En revanche, on peut dire qu’elle est moustahab (conseillée) !

Rappelons aussi cette règle que précise le célèbre juriste Ibnoul Houmâm dans Fat-houl Qadîr : " Le degré Moustahab d'une action est établi à partir des hadiths faibles " (voir Fatâwa de Sheickh 'Abdoul Hay al-Lakhnawi vol.2 / pg.427)

_________________
Les croyances en Islam sont considérées comme étant l’univers propre à Dieu qui relèvent du monde invisible ou occulte. Seuls les textes sacrés peuvent nous appréhender ce monde des croyances. On peut traduire ces versets coraniques :
«C’est Allah qui détient [le monde] Invisible (ghaybe) des cieux et de la terre, et c'est à Lui que revient l'ordre tout entier. Adore-Le donc et place ta confiance en Lui. Il n’y a aucune inattention de la part de ton Seigneur à ce que vous faites. S.Houd(S11.123)
avatar
rayyan
Admin

Messages : 418
Points : 1262
Date d'inscription : 22/04/2010

http://bayane.frenchboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum